Born to Ride 2017

Il y a deux semaines déjà que je suis rentré de la Born to ride organisée par Chilkoot.

Sur le papier, 1200 kilomètres et quelques 20 000m de dénivelé annoncés selon Strava, à réaliser en moins de 120h (pauses incluses). Plus de 120 participants, au final nous seront un peu plus d’une centaine à prendre le départ du Mont Sainte-Odile à Ottrott (non loin de Strasbourg) le 9 juin 2017.

IMG_0067

Il m’a fallut des mois de préparations pour me sentir prêt. C’est un peu stressé que je rejoins la ligne de départ. 22h, après le brief des organisateurs, le départ est donné.

Direction le premier check point : Mont Blauen – Allemagne
Nous descendons le Mont Sainte-Odile, nos lumières dans les lacets font penser à une descente aux flambeaux, c’est beau, et déjà je sens l’aventure me prendre aux tripes. Quelques kilomètres plus loin, mon frein avant se bloque (premier stress). Je réussis à retirer la roue avant et repars sans problèmes.

Nous roulons dans la nuit, menés par quelques cyclistes locaux, le parcours est défini jusqu’à la frontière allemande. Le train est en marche, on fait connaissance avec les autres participants, nous arrivons vers le mont Blauen aux alentours de 2h40 du matin, quand mon dérailleur avant décide de faire des siennes, se casse et casse ma chaîne dans la foulée.

Je répare à l’arrache sur le bord de la route avec ce que je peux en lumière. Je constate les dégâts, chaîne cassée, maillon tordu et cage de dérailleur explosée. La chaîne fait un bruit de fou, car je l’ai mal rerivetée, je continue jusqu’en haut du check point, je parviens à atteindre le sommet et pointe à 3h20. Je répare de nouveau, je raccourcis la chaîne encore une fois.

Je trouverai bien un magasin ouvert en Suisse au petit matin. La descente se fait sans encombre, je passe mes vitesses du petit au grand plateau à la main et force un peu trop sur mes genoux… Je flippe, je me dis que c’est limite la fin de cette BTR pour moi, tous ces efforts, cette préparation en vain, mais je me tais pour ne pas inquiéter mes camarades de routes. Mon moral est au plus bas.

C’est après plusieurs kilomètres que nous trouvons un magasin ouvert, le mécano me sauve littéralement la vie, il me change le dérailleur avant, ou plutôt ce qu’il en reste, par un neuf, en me faisant une ristourne sachant ce que nous allons avoir encore à parcourir les jours à venir. C’est vers Lucerne, que je décide de reprendre une nouvelle chaîne car la mienne est définitivement morte et trop courte après ce qu’il s’est passé cette nuit.

IMG_9902

IMG_0069

Il fait chaud, très chaud, quand nous attaquons le Brünig, petite mise en jambes avant d’affronter le géant, le Grimsel Pass. Xavier ne se sens pas bien et François, faisant duo avec lui, reste à ses cotés. Je décide d’avancer. Le Grimsel est face à moi, la chaleur me cloue au bitume, je guète chaque petit recoin d’ombre, chaque fontaine pour mettre de l’eau fraîche dans mes bidons et me rafraîchir.

IMG_9908

IMG_9911

J’arrive en haut, me disant que cette satanée montagne m’aura bien épuisée, mais je réalise alors que ce n’est pas la fin, il n’y a pas un barrage, mais trois… TROIS !!! Je ne suis pas encore au bout de ma souffrance. Les murs de neiges fondent, remplissant lentement les lacs du Grimsel d’une couleur verte marron.

IMG_0076

Deuxième barrage, le lac est à moitié gelé et il reste encore quelques lacets et des efforts à fournir avant de faire la bascule jusqu’à Brig où je dormirai avec mes compagnons de route.

Le lendemain matin, vers 5h30 direction le Simplon à la fraîche, mes jambes vont bien, je n’ai plus mal aux genoux, la tête va bien, je n’ai plus de soucis à me faire, avec un nouveau dérailleur et une nouvelle chaîne, je suis reparti comme neuf.

IMG_0078

Un café et quelques croissants avant de descendre direction l’Italie. Musique dans les oreilles, personne sur la route, la descente est incroyable, les lacets et les tunnels sont magnifiques.

Shot with DXO ONE Camera

Shot with DXO ONE Camera

Direction le deuxième Check point à Mottarone. Je prends de l’avance et me retrouve sur la trace retour sans avoir grimpé le col… Demi-tour après 10 kilomètre en solo, je retrouve mes compagnons de route au sommet. Ce qui me vaut un pointage à 14h33… La descente est technique, semblable au Ventoux, pas d’ombre, un soleil plombant, nous traversons les plaines sous 40°C jusqu’à Turin où nous dormirons.

Le lendemain matin, départ pour le Montgenèvre, Check Point 3, aux aurores. Le soleil se lève doucement, les nuages cachent la difficulté de la journée qui se dresse devant nous : au dessus des nuages je vois la montagne enneigée teintée de rose.

IMG_0075

J’ai l’estomac retourné, mais il faut que je continue. Je suis face à moi-même pendant toute l’ascension, je pense à autre chose, j’écris aux copains qui m’encouragent, j’appelle en visio ma copine pour lui montrer la beauté du paysage même si elle est au boulot et me dit que ça passera…

La frontière française pointe le bout de son nez. De nouveau en France, j’oublie mes malheurs, je passe le check point à 10h42. Il ne faut pas trainer car j’ai comme objectif de rejoindre Sault la nuit pour y dormir avant de finir la BTR.

IMG_0074

Je longe la Durance à travers la vallée, pause déjeuner et c’est reparti pour les Gorges de la Méouge. Si vous êtes dans le coin, allez-y, c’est magique.

IMG_0072

IMG_0066

IMG_0063

Arrivée tardive à Sault, nous ne trouvons rien d’ouvert, les restaurants refusent de nous recevoir excepté un qui nous propose des sandwichs avec les restes de la journée. Nous sommes sauvés. Xavier et François décident de continuer car ils ont les jambes, ils feront l’ascension du Ventoux de nuit. Un moment incroyable à en croire leurs paroles. De mon côté je suis reçu par le pire des hôtels de la région, le Signoret. N’y allez pas, ces gens sont irrespectueux, pas bike friendly du tout, bref le pire des hôtels du voyage, il n’y a pas de doute je suis bien revenu en France…

IMG_0001

Au petit matin, le boulanger de Sault est ouvert, je me remplis la panse avec des pains au chocolats fraîchement cuits. La lune est au-dessus de ma tête lors de l’ascension tandis que le soleil commence à se montrer, je grimpe encore avec ma musique dans les oreilles et tombe nez à nez face au Ventoux, les larmes montent, je suis heureux de revoir mon premier grand col, je pleure de joie.

IMG_0059

Je dépasse le Chalet Reynard et je me sens comme propulsé une fois le mémorial de Tom Simpson passé. Au loin, je repère une silhouette qui m’est familière, c’est Yoann. On va gravir les derniers mètres du Ventoux ensemble et arriver au Check point à 7h30. Petite pause en haut pour admirer le spectacle, personne sur la route, désertique. On entame la descente avec Yoann direction Carpentras pour finir cette BTR le soir au Mont Aigoual.

IMG_0032IMG_0068

Je décide de tenter de rattraper Xavier et François qui sont à 60 kilomètres devant moi. Je pars en échappée, musique dans les oreilles, je mange des œufs Haribo et remplis mes bidons quand j’en ai l’occasion. Châteauneuf-du-Pape, Uzès, Anduze, j’en profite pour faire une pause et me rafraîchir un peu plus. Je suis rejoins par Benjamin jusqu’à Saint-Jean-du-Gard. Il ne me reste plus que 9 kilomètres quand je reçois le SMS de Xavier disant qu’ils sont arrivés et que la BTR est finie pour eux ! J’y étais presque, je souffre de la chaleur et je vois d’autres participants devant moi, je ne me démotive pas, c’est dur et je veux limiter l’écart. Je me bats avec la fatigue, avec la chaleur, j’économise chaque goutte d’eau et vais à l’ombre quand je le peux. Il fait plus de 35°C et les mouches et moustiques forment un nuage autour de moi, j’ai l’impression de ne plus réussir à avancer, lacets après lacets, je tombe sur la départementale qui m’emmènera jusqu’au sommet, je mets la plaque pour finir dans les drops et tout donner car les autres participants ne sont pas loin derrière moi. J’arrive à la fin, le peu de gens encore présents applaudissent. Il est 18h40, j’arrive, la BTR est terminée pour moi.

FullSizeRender 5

trace strava :

Capture d_écran 2017-06-19 à 17.21.20

BTR2017_LOGO.png

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :